Réseau sur le stockage électrochimique de l'énergie,
centre de recherche sur les batteries et supercondensateurs

Regain d’intérêt pour l’électrochimie du sodium

Regain d’intérêt pour l’électrochimie du sodium
©CNRS Photothèque / Cyril FRESILLON

Il s’agit d’un papier digne de Nature Materials car il apporte une avancée scientifique qui est également attractive vis-à-vis des applications. L’électrochimie du sodium, qui nous a donné les technologies hautes températures que sont le sodium ion s’est estompée au fil du temps en raison du succès de la technologie à ions Li que nous utilisons dans notre vie quotidienne. Cependant, les études sur les réserves du Li bien que trop alarmistes, ont au moins eu le mérite de pousser le chimiste à considérer d’autres voies. C’est ainsi que la technologie Na- ion  jouie d’un regain d’intérêt vis-à-vis du Li-ion et que le Na-air est maintenant considéré comme une alternative de choix pour venir à la rescousse de la technologie Li-air qui, même si elle suscite l’engouement de beaucoup d’industriels, est encore loin d’être en raison de la complexité des verrous technologiques restant à lever.

La technologie Na-air présente des avantages considérables par rapport au Li-air  à savoir :

  • une polarisation de 200 mV entre charge et décharge comparée à 700 mV pour Li-air, ce qui conduit à un rendement énergétique nettement supérieur,
  • une réactivité électrochimique différente du Na vis-à-vis de l’oxygène due au fait que le sodium peut former un superoxide stable NaO2 alors que l’équivalent au Li est hautement instable.

Par ce biais le problème d’électrolyte qui est un cauchemar pour le Li-air devient moindre dans le cas du Na-air. Ce nouveau système s’inscrit parfaitement dans le cadre du développement durable, Na et O2 étant tous les deux abondants. Parmi les points négatifs on soulignera le potentiel plus faible de 700 mV pour le Na-air ainsi qu’une capacité moindrepuisque nous utilisons un seul électron dans le processus électrochimique.

Pour en savoir plus