Réseau sur le stockage électrochimique de l'énergie,
centre de recherche sur les batteries et supercondensateurs

Battery 2030+ et la révolution européenne des batteries

Battery 2030+ et la révolution européenne des batteries

Un monde glissant des énergies fossiles aux énergies renouvelables devra se reposer de plus en plus sur les technologies de stockage de l’énergie et, en particulier, sur les batteries. Des batteries plus performantes peuvent réduire notre empreinte carbone, stabiliser les réseaux électriques et bien plus encore. L’initiative de recherche à grande échelle Battery 2030+ réunit les experts européens du domaine, ainsi que les industriels, pour faire un bond en avant dans la batterie du futur qui se voudra adaptée au monde connecté de demain. La première version du projet Battery 2030+ sera dévoilée en mars 2019 et posera les bases de cette initiative qui bouleversera le futur des batteries.

Dans son Plan d’Action Stratégique sur les Batteries publié en mai 2018, la Commission Européenne a surligné le besoin d’adosser à l’écosystème actuel de l’industrie européenne des batteries, une initiative de recherche sur le long terme. Le projet Battery 2030+, qui comprend actuellement 17 partenaires de neuf pays européens, a reçu une bourse Coordination and Support Action dans le cadre du programme Horizon 2020. Pendant un an (à partir de mars 2019), l’initiative Battery 2030+ va élaborer les bases d’un projet européen de recherche à grande échelle et sur le long terme qui durera 10 ans.

Notre vision est d’inventer les batteries du futur, donnant un temps d’avance à l’industrie européenne. Les batteries sont l’une des technologies clés qui permettra une décarbonisation en profondeur du système énergétique de l’Europe, en particulier dans le domaine des transports (avec l’électromobilité) et dans le domaine de l’électricité (avec le stockage des énergies renouvelables d’origine intermittente). Dans un futur proche, nous aurons besoin d’une nouvelle génération de batteries ultra-performantes, fiables, sûres, durables et accessibles. La course aux batteries du futur est intense mais toujours ouverte.

Le projet est coordonné par Kristina Edström, Professeure de chimie inorganique à l’université d’Uppsala en Suède.

« Nous allons nous pencher sur tous les défis que présente la conception de batteries ultra-performantes », affirme Kristina Edström. « Pour cela, nous établirons une plateforme d’accélération pour la découverte de nouveaux matériaux de batteries en utilisant l’apprentissage machine et l’intelligence artificielle, et en se concentrant précisément sur les interfaces de batteries où les réactions chimiques ont lieu et qui peuvent nuire à la durée vie de ces batteries. Nous concevrons des fonctionnalités intelligentes jusqu'au niveau de la cellule de batterie en prêtant attention aux problèmes de développement durable.”

Sentez vous libres de consulter plus en détail notre manifesto (http://battery2030.eu/).

Le consortium Battery 2030+ comprend 5 universités (Uppsala University, Politecnico di Torino, Technical University of Denmark, Vrije Universiteit Brussel, University of Münster), 8 centres de recherche (CEA, Karlsruhe Institute of Technology, CNRS, Forschungszentrum Jülich, Fraunhofer-Gesellschaft, Fundacion Cidetec, National Institute of Chemistry, Slovenia, SINTEF AS), trois associations industrielles de référence (EMIRI, EASE, RECHARGE) ainsi qu’une entreprise (Absiskey). Le consortium a également reçu le soutien de nombreuses organisations européennes et nationales : ALISTORE ERI, EERA, EIT InnoEnergy, EIT RawMaterials, EARPA, EUROBAT, EGVI, CLEPA, EUCAR, KLIB, RS2E, Swedish Electromobility Centre, PolStorEn, ENEA, CIC energigune, IMEC et Tyndall National Institute.

Jean-Marie Tarascon est le directeur du RS2E, très impliqué dans cette initiative de recherche.

« Le projet Battery 2030+ est une excellente occasion de faire de l’Europe, et de la France, un nouveau leader de la recherche et du développement dans le domaine des batteries. Nous ne pouvons pas rattraper le fossé qui nous sépare actuellement des pays asiatiques ou des Etats-Unis. Ils ont pris trop d’avance dans les technologies connus. Si nous voulons reprendre la main, nous devons nous positionner sur de nouvelles technologies et de nouveaux domaines d’étude : Détection en temps réel de l’état de santé des batteries, capacité d’autoréparation, utilisation intelligente de l’IA… C’est exactement ce que propose l’initiative Battery 2030+. Par contre, pour réussir, il va falloir renforcer la multidisciplinarité, aller bien au-delà de la communauté des batteries et faire appel à de nouveaux acteurs universitaires et industriels : producteurs de capteurs, de câble optique, etc. »

Pour en savoir plus sur le projet Battery 2030+, vous pouvez contacter la coordinatrice, la Professeure Kristina Edström, Uppsala University, Sweden, kristina.edstrom@kemi.uu.se, +46 70 167 90 06, ou le coordinateur adjoint Dr. Simon Perraud, CEA, France, simon.perraud@cea.fr.

Pour en savoir plus : http://battery2030.eu/