Réseau sur le stockage électrochimique de l'énergie,
centre de recherche sur les batteries et supercondensateurs

Brèves


  • Le fabricant de véhicules électriques Tesla construit actuellement sa nouvelle usine de production massive de batteries à Reno (Nevada, USA). L’inauguration est prévue pour le 29 juillet 2016. Cette date a été uniquement communiquée à certains clients privilégiés. En effet, quelques chanceux ont gagné leur place à l’évènement en ayant induit au moins cinq ventes de Model S, en parrainant de nouveaux clients.

    Début mai, la construction de la Gigafactory n’en était qu’à 14%. Mais cela n’empêche rien : l’évènement se déroulera dans les parties déjà construites (découvrez ici les premières images de l’usine). Ces sections de l’usine sont même déjà fonctionnelles puisque l’assemblage du Powerwall y a été initié en janvier.

    Dans la Gigafactory, Tesla produira en masse des batteries lithium-ion (cathode NCA) pour véhicules électriques, avec pour objectif de faire chuter les coûts en dessous de 200 $/kWh. L’usine permettra aussi d’accélérer les capacités de production et d’assemblage des Model S, X et 3.

    Source : [Teslarati, Fortune]


  • Le projet est né de la collaboration entre PARC (une société de XEROX), Ford et le Oak Ridge National Laboratory (ORNL). Son nom? « Co-extrusion for cost reduction of advanced high energy and power battery electrode manufacturing ». Ce projet est financé par le Département de l’énergie américain (Office of Energy Efficiency and Renewable Energy).

    PARC développe des encres et les machines de CoEx appropriées, capables de réaliser la co-extrusion de deux matériaux différents à partir d'une seule buse et sans mélange. L’ORNL partagera son expérience dans le stockage de l’énergie (développement de l’anode, optimisation des performances électrochimiques).

    «Notre objectif est de fabriquer des pouch cells pour les VE, qui sont meilleures en matière d'énergie et de puissance que les batteries classiques, et avec l’idée de réduire le coût en dollar/kWh pour les véhicules électriques.» explique le Dr. Corie Cobb, chercheuse du projet et responsable technique des technologies CoEx de PARC.

    Le projet pourrait réduire les coûts de production en déposant simultanément la cathode de la batterie, l’anode et le séparateur dans toute leur épaisseur sur un collecteur de courant. Par conséquent, cette technique de CoEx peut être utilisée pour fabriquer à faible coût mais avec de meilleures capacités des batteries rechargeables, des cellules solaires, des supraconducteurs, etc...

    Et maintenant, voici la mauvaise nouvelle: le projet a été annoncé il y a trois ans.... À ce jour, aucune évolution n’a été communiquée. Qu’attendent-ils?

    Source : [PARC Press Release]


  • Des chercheur du MIT, de l’université de Sheffield et de l’Institut de Technologie de Tokyo ont créé un minuscule robot en origami, capable de s’extraire tout seul de sa capsule une fois avalé et arrivé dans votre estomac et…d’en retirer une pile bouton ! Le robot peut facilement se déplacer dans l’estomac grâce à un aimant répondant aux champs magnétiques externes. En utilisant le même aimant, il peut extraire la pile bouton du corps. En théorie. Le robot n’a en effet été testé que dans un estomac de porc, qui a servi de modèle.

    Aux USA, il y a 3500 cas d’ingestion de ces batteries chaque année. Nous n’avons aucune information concernant la proportion de doctorants en électrochimie/science des matériaux et désireux de se débarrasser de résultats embarrassants parmi ces victimes. Mais au moins, leurs encadrants ont maintenant une chance de récupérer la pile bouton.

    Source: [MIT News]


  • L’édition 2016 de la conférence Electrospinning for energy (ELEN) se tiendra à Montpellier du 22 au 24 juin 2016. Elle traitera notamment des applications des nanofibres produites par electrospinning pour la conversion et le stockage de l’énergie. La conférence est organisée, entres autres, par des chercheurs du RS2E (Christel Laberty-Robert, Frederic Favier, Lorenzo Stievano).

    Le programme et le formulaire d’inscription sont disponibles ici:
    http://www.elen2016.eu/index.php/programme/scientific-programme


  • Saft et Total, deux membres du RS2E depuis 2011, ont signé un accord cette semaine juste avant que Total ne propose de racheter Saft pour 950 millions d’euros !Saft, un producteur renommé de batteries lithium-ion pour des applications de niche (satellites, bateaux...) est une cible logique pour Total qui suit de près le domaine des batteries (avec des investissements, parmi d'autres, chez Ambri la startup de Donald Sadoway du MIT).

    « L’acquisition de Saft s’inscrit pleinement dans l’ambition de Total de se développer dans les métiers des énergies renouvelables et de l’électricité » déclare Patrick Pouyanné, PDG de Total.

    Cet accord permettra à Saft d’avoir accès à une plus grande capacité financière, à un puissant réseau mondial et, on espère, de se retrouver dans la cour des géants des batteries comme LG Chem ou Tesla. L’acquisition placera aussi Total dans une position favorable pour tester et développer rapidement les technologies de batteries nouvelles et futures issues de la recherche fondamentale, en profitant des installations R&D de Saft déjà opérationnelles (lire notre interview de la directrice R&D de Saft, Anne de Guibert ici)

    Source: [Press release]

Pages

S'abonner à Brèves