Réseau sur le stockage électrochimique de l'énergie,
centre de recherche sur les batteries et supercondensateurs

Brèves


  • Clarisse Péan, une jeune chercheuse ayant fait sa thèse dans un laboratoire membre du RS2E, le Phénix (UMR 8234), a été récompensée par le Prix Paul Caseau remis par EDF et l'Académie des Technologies. Clarisse a travaillé pendant trois ans sur son sujet de thèse intitulé : "Modélisation des processus dynamiques dans les super-condensateurs" sous la direction de Mathieu Salanne (Phénix) et Patrice Simon (CIRIMAT). Son travail a été courronné de plusieurs publications dans des journaux reconnus par la communauté scientifique comme JACS ou Nature Communications. Le RS2E adresse ses félicitations à Clarisse. Cliquez ici pour en savoir plus.


  • Bruker AXS, un fabricant international d’équipements scientifiques, met à son catalogue une innovation du LRCS, membre fondateur du RS2E. La cellule commercialisée permet d’observer l’évolution précise d’une batterie pendant son fonctionnement. La cellule est actuellement visible sur le stand de Bruker AXS à la grand-messe de la recherche sur les batteries de Chicago, l’International Meeting on Lithium Batteries, qui attire 2000 chercheurs du monde entier. La cellule d'analyse sera vendue à des industriels et aux plus grands laboratoires de recherche du domaine.

    L'innovation est le fruit de plusieurs années de travail avec notamment la participation de Jean-Bernard Leriche, Christian Masquelier, Jean-Marie Tarascon, Mathieu Morcrette et Jean-Noël Chotard. Mais c'est aussi une aventure humaine qui repose sur de nombreuses collaborations au sein du RS2E.

    Sources : [communiqué anglais, communiqué français]


  • Le fabricant de véhicules électriques Tesla construit actuellement sa nouvelle usine de production massive de batteries à Reno (Nevada, USA). L’inauguration est prévue pour le 29 juillet 2016. Cette date a été uniquement communiquée à certains clients privilégiés. En effet, quelques chanceux ont gagné leur place à l’évènement en ayant induit au moins cinq ventes de Model S, en parrainant de nouveaux clients.

    Début mai, la construction de la Gigafactory n’en était qu’à 14%. Mais cela n’empêche rien : l’évènement se déroulera dans les parties déjà construites (découvrez ici les premières images de l’usine). Ces sections de l’usine sont même déjà fonctionnelles puisque l’assemblage du Powerwall y a été initié en janvier.

    Dans la Gigafactory, Tesla produira en masse des batteries lithium-ion (cathode NCA) pour véhicules électriques, avec pour objectif de faire chuter les coûts en dessous de 200 $/kWh. L’usine permettra aussi d’accélérer les capacités de production et d’assemblage des Model S, X et 3.

    Source : [Teslarati, Fortune]


  • Le projet est né de la collaboration entre PARC (une société de XEROX), Ford et le Oak Ridge National Laboratory (ORNL). Son nom? « Co-extrusion for cost reduction of advanced high energy and power battery electrode manufacturing ». Ce projet est financé par le Département de l’énergie américain (Office of Energy Efficiency and Renewable Energy).

    PARC développe des encres et les machines de CoEx appropriées, capables de réaliser la co-extrusion de deux matériaux différents à partir d'une seule buse et sans mélange. L’ORNL partagera son expérience dans le stockage de l’énergie (développement de l’anode, optimisation des performances électrochimiques).

    «Notre objectif est de fabriquer des pouch cells pour les VE, qui sont meilleures en matière d'énergie et de puissance que les batteries classiques, et avec l’idée de réduire le coût en dollar/kWh pour les véhicules électriques.» explique le Dr. Corie Cobb, chercheuse du projet et responsable technique des technologies CoEx de PARC.

    Le projet pourrait réduire les coûts de production en déposant simultanément la cathode de la batterie, l’anode et le séparateur dans toute leur épaisseur sur un collecteur de courant. Par conséquent, cette technique de CoEx peut être utilisée pour fabriquer à faible coût mais avec de meilleures capacités des batteries rechargeables, des cellules solaires, des supraconducteurs, etc...

    Et maintenant, voici la mauvaise nouvelle: le projet a été annoncé il y a trois ans.... À ce jour, aucune évolution n’a été communiquée. Qu’attendent-ils?

    Source : [PARC Press Release]


  • Des chercheur du MIT, de l’université de Sheffield et de l’Institut de Technologie de Tokyo ont créé un minuscule robot en origami, capable de s’extraire tout seul de sa capsule une fois avalé et arrivé dans votre estomac et…d’en retirer une pile bouton ! Le robot peut facilement se déplacer dans l’estomac grâce à un aimant répondant aux champs magnétiques externes. En utilisant le même aimant, il peut extraire la pile bouton du corps. En théorie. Le robot n’a en effet été testé que dans un estomac de porc, qui a servi de modèle.

    Aux USA, il y a 3500 cas d’ingestion de ces batteries chaque année. Nous n’avons aucune information concernant la proportion de doctorants en électrochimie/science des matériaux et désireux de se débarrasser de résultats embarrassants parmi ces victimes. Mais au moins, leurs encadrants ont maintenant une chance de récupérer la pile bouton.

    Source: [MIT News]

Pages

S'abonner à Brèves